Sumário dos números já publicados

2001-2Langue et discours spécialisés
(Language and specialized discourse)
Clique no livro para ler um resumoEste número está on line, em versão integral, no portal: Cairn.info
  • David BANKS (Brest)
    Analyse des discours spécialisés : le domaine anglais
    (Analyses of specialized discourse: the case of English)
    pp. 7-16

    Dans le domaine anglais, l'analyse de discours se fait principalement dans le cadre d'une théorie fonctionnelle. La plus connue de ces théories est la Linguistique Systémique Fonctionnelle. Néanmoins, en France, les théories de l'énonciation ont un rôle à jouer. Beaucoup de travaux prennent comme point de départ le concept de genre, tel qu'il est défini par J. Swales. La place des éléments non-verbaux dans les textes constitue un champ de recherche fertile. L'analyse de discours ne se restreint pas à des textes actuels et des travaux diachroniques ont été menés, surtout dans le domaine du discours scientifique. Outre des études syntaxiques et sémantiques, l'on trouve des travaux sociolinguistiques. L'Analyse Critique du Discours et la Théorie de l'Evaluation constituent des approches qui intègrent la subjectivité de l'analyste. Parmi les applications de l'analyse de discours en France, certaines études visent, en outre, à aider le chercheur français pour la rédaction de ses articles en anglais.


  • Danielle CANDEL, Pierrette MARCHAUDON & Violette TOLÉDANO (CNRS)
    Aspects du Groupe Nominal dans l'activité définitoire des scientifiques
    (Aspects of the noun group in scientific definitions)
    pp. 17-28

    Deux sous-ensembles de termes ont été recueillis. Le premier est extrait d'un corpus de textes spécialisés, où les termes ont été définis par les auteurs eux-mêmes. Le second est puisé dans le cadre des travaux menés en terminologie institutionnelle (commissions spécialisées de terminologie et de néologie), où les termes ont été sélectionnés par les spécialistes des domaines. Ce sont donc deux sous-ensembles représentatifs des spécialités considérées. On a mis en valeur les caractéristiques morphologiques des termes de spécialité ; on a par ailleurs souligné la variabilité de leurs usages discursifs.


  • Laurent HEURLEY (Amiens)
    Compréhension et utilisation de textes procéduraux : l'effet de l'ordre de mention des informations
    (Comprehending and using procedural texts: the order of presentation of information)
    pp. 29-46

    De nombreuses études qui ont été réalisées en psycholinguistique et en ergonomie sur les textes procéduraux ont étudié, directement ou indirectement, l'effet de l'ordre de mention des informations sur les traitements mis en ouvre par les utilisateurs. Les résultats de ces études ont permis d'aboutir à trois conclusions générales : (1) l'ordre de mention des informations a un effet sur la lecture, la compréhension et l'utilisation des informations ; (2) les traitements sont facilités lorsque l'information importante (i. e. superordonnée) d'un texte, d'un passage ou d'une phrase occupe la position initiale ; (3) l'effet de l'ordre dépend de multiples facteurs, parmi lesquels : les stratégies de lecture et les connaissances préalables des utilisateurs, la structure du référent et la structure de la situation.


  • Pierre ZWEIGENBAUM (CNRS-LIMSI)
    Traitements automatiques de la terminologie médicale
    (Automatic processing of medical terminology)
    pp. 47-62

    Les discours spécialisés se caractérisent par une terminologie spécifique. La médecine tient à ce titre une position particulière, non seulement par le nombre impressionnant de termes mis en jeu, mais aussi par les efforts internationaux déjà consacrés pour constituer des terminologies normalisées. Ces terminologies jouent un rôle clé dans le traitement de l'information et de la connaissance médicale. Une grande part des travaux sur le traitement automatique de la langue médicale est de ce fait centrée sur des traitements mettant en jeu ces terminologies, que ce soit comme cible des calculs ou comme source de connaissances. Nous présentons ici, au travers de nos propres travaux, divers aspects de ces traitements.


  • Gérard PETIT (Paris 10)
    L’introuvable identité du terme technique
    (In search of the identity of technical terms)
    pp. 63-79

    Les notions de terme et d'unité lexicale (UL) sont marquées par le paradigme théorique (t : paradigme terminologique ; l : paradigme linguistique) qui les conceptualise et est lui-même informé par la discipline (Terminologie ou Linguistique) qui le convoque. Contrairement à un prérequis largement partagé dans les Sciences du langage selon lequel la Terminologie et la terminologie - comme ensemble de termes - constitueraient des espaces de stabilité et d'ordonnancement conceptuels aboutis parce que rationalisés, l'identité du terme technique reste extrêmement instable. Elle est principalement tributaire de la conception que chaque discipline se fait de l'UL. Que l'on se situe relativement à la théorie classique du terme (T,t), à sa tentative de révision (T,l) ou bien à son appropriation par la Linguistique (L,l), la notion de terme est une construction qui résulte d'emprunts théoriques plus ou moins contrôlés, de glissements voire d'amalgames.


  • Christine JACQUET-PFAU (Collège de France)
    Correcteurs orthographiques et grammaticaux : quel(s) outil(s) pour quel rédacteur ?
    (Spelling and grammar checkers : which tool(s) are suitable for which author ?)
    pp. 81-94

    Cet article se propose de remettre en question l'évaluation des outils dits de "correction", orthographique et syntaxique, par les utilisateurs. Plusieurs critères doivent être pris en compte : le fonctionnement même des correcteurs, qu'ils soient intégrés ou autonomes, la configuration particulière de chacun d'entre eux et enfin les contraintes de correction, qui, on l'oublie trop souvent, doivent être précisément définies en fonction du mode de vérification souhaité par l'utilisateur. Nous montrerons que la notion même d'erreur est, dans ce contexte, à redéfinir. Puis nous examinons les principales caractéristiques des correcticiels et proposons une typologie des utilisateurs. Enfin, nous nous intéressons au rôle de ces outils pour l'apprentissage du français.


  • Sunniva WHITTAKER (Bergen, Norvège)
    La correspondance commerciale : apprentissage de stratégies discursives en langue étrangère
    (Commercial correspondence: learning discursive strategies in a foreign language)
    pp. 95-102

    Cet article traite de l'apprentissage de stratégies discursives par des étudiants de français langue étrangère. On tente de montrer, à partir d'un corpus de lettres commerciales écrites par des étudiants nrvégiens, comment un grand nombre de fautes sont dues à une mauvaise interprétation de la situation d'énonciation et, par conséquent, à un mauvais choix de la stratégie discursive adéquate. Contrairement aux fautes grammaticales généralement attribuées à une maîtrise insuffisante de la langue, ces fautes qui relèvent de la fonction phatique de la langue peuvent avoir des effets plus fâcheux dans la mesure où la lettre commerciale peut être alors mal interprétée.


  • Caroline SCHAETZEN (DE) (Bruxelles, Belgique)
    Le vocabulaire des produits génériques dans la grande distribution
    (The vocabulary of generic products in commercial distribution networks)
    pp. 103-113

    La terminologie figurant sur les étiquettes des produits de consommation courante des grandes surfaces est importante : elle fait vendre les produits et incarne l'image de la firme qui les fabrique, dans nos chaînes de distribution en auto-service ; elle est en outre relayée par tous les consommateurs. De plus, elle est le fait de professionnels de la consommation, les agences de publicité et de marketing. L'analyse de ces vocables se justifie donc depuis longtemps.


Resenhas
  • Grammaire et linguistique, de G. Petiot
    par R. Tomassonne
    pp. 115-117
  • Dictionnaire du français usuel, de J. Picoche & J. Rolland
    par S. Delesalle
    pp. 117-119