• Jean-Michel ELOY & Marie-Rose SIMONI-AUREMBOU (Angers / CNRS)
    Variations et variétés en domaine d'oïl
    (Variation and varieties in the Oïl domain)
    1998, Vol. III-1, pp. 7-22

    Alors que dialectologues et militants s'attachent surtout aux spécificités dialectales, la description de discours d'oïl en situation, qui pose de vraies questions théoriques actuelles, reste un domaine insuffisamment travaillé en France. L'article donne des échantillons de textes littéraires de ces variétés d'oïl.Contre la tradition linguistique dominante de France, on montre que 'le français' lui-même (dans la zone d'oïl centrale) présente des variations diatopiques : a contrario, dans les autres régions d'oïl, on a affaire non à du français mais bien à des variétés différentes : wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais, etc. Les faits proprement linguistiques y sont investis d'attachement symbolique identitaire, et ces variétés sont le siège de constructions normatives. Leur vitalité ne saurait être réduite à des statistiques (très peu fiables), mais il est évident que ces variétés n'ont pas (pas encore ?) disparu.Une appréhension correcte de ces réalités est importante tant sur le plan de la sociolinguistique que sur celui de la démocratie.