Lenguas / desaparición

  • Silvia DAL NEGRO (Bolzano/Bozen, Italy)
    Language contact and dying languages
    2004, Vol. IX-2, pp. 47-58

    Cet article s'occupe de la mort des langues dans la perspective du contact et du plurilinguisme. Le travail explore divers aspects de la recherche sur la mort des langues en essayant de délimiter critiquement l'objet d'étude. En particulier, on distingue les langues menacées des autres cas de langues en contact, tel le développement de pidgins et de créoles. Les aspects ici décrits regardent le rôle des semi-locuteurs dans une communauté où le processus de substitution de langue se déroule. Ensuite on observe l'interaction entre aspects extérieurs et intérieurs du langage et les conséquences linguistiques auxquelles s'attendre dans une langue obsolescente lorsque le processus d'attrition se prolonge longtemps. Enfin on montre l'importance du contexte dans la compréhension des phénomènes linguistiques de contact.


  • Edith NICOLAS (CNRS)
    L'enseignement de langues en voie de disparition : le cas australien
    (Teaching disappearing languages: the case of Australia)
    2000, Vol. V-1, pp. 61-69

    Les démarches sont aujourd'hui nombreuses pour tenter de ralentir la disparition dramatique des langues traditionnelles aborigènes australiennes. L'une d'entre elles consiste à introduire l'enseignement de ces langues dans le cursus scolaire. Ce procédé de revivification soulève cependant une série de questions qui dépassent le simple cadre pédagogique. Conséquence de deux siècles de colonisation, la disparition du patrimoine linguistique et culturel rend sa sauvegarde actuelle délicate. Possède-t-on suffisamment d'informations pour sauver toutes les langues ? Existe-t-il un personnel formé pour le faire ? Après une présentation générale, nous proposons de rendre compte de notre projet d'un guide pour l'enseignement de la langue bardi (Australie Occidentale), qui nous mène à réfléchir sur la nature même de ce type d'intervention.